Faster Than Light

Le bombardier Mantis venait d’apparaître simultanément sur leur radar et à travers la verrière du poste de pilotage dont il occupait la presque totalité. Fleuron de la race extra-terrestre la violente de l’univers, sa coque hérissée d’armes était presque aussi terrifiante que pouvait l’être un de gigantesques insectes lorsqu’il se jetait sur vous pour vous déchiqueter  de ses mandibules !

Déjà les canons et lance-missiles ennemis se tournait vers leur navire et Bruker n’imaginait que trop bien les fantassins ennemis assemblés dans leur salle de téléportation prêts à massacrer son équipage dès qu’ils ne seraient plus protégés par leur bouclier Zoltan. Il se tourna vers son fidèle lieutenant, Sisslaert, un extra-terrestre Slug dont les capacités télépathiques lui permettaient de sentir les présences ennemies, même au cœur de cette nébuleuse qui bloquait leurs senseurs.

– Rapport Siss !

– 5 membres d’équipages capitaine, dont 2 dans leur salle de téléportation !

– Capitaine, au vu de leur armement, notre bouclier n’encaissera pas plus d’une salve

– Manœuvres d’évasion ! Puissance maximum sur les propulseurs latéraux ! A tous les postes de tir, concentrez le feu sur le générateur de bouclier adverse, et préparez le canon incendiaire ! Déployez le drone de défense et le drone anti-navire !

– Capitaine, si nous faisons cela, nous n’aurons plus assez d’énergie pour alimenter notre drone anti-abordage !

– Je le sais, exécutez vos ordres ! Nous allons rapidement voir si le nouveau blindage des portes anti-explosions vaut le prix que nous l’avons payé !

Le navire fut soudain secoué d’une brusque embardée. Un missile Titan venait d’exploser à quelques dizaines de mètres de leur navire, détruit par le canon de leur drone de défense. Au même instant, des rayons lasers percèrent l’espace dans leur direction ! Le pilote lança le Noether dans un violent virage. Une partie des rayons poursuivirent leur course dans l’espace tandis que les autres s’écrasaient sur leur bouclier Zoltan.

– Bouclier Zoltan à 60% !

– Entendu, rapport sur notre drone d’attaque !

– Rien à faire, leur bouclier est beaucoup trop puissant.

– Pas pour longtemps ! Lancez les missiles Artemis ! Cadence maximum sur le canon à ion !

Leurs missiles volèrent vers l’ennemi croisant une nouvelle salve de rayons laser avant de s’écraser sur la coque du bombardier Mantis dans une gerbe de flammes.

– Ils sont touchés Capitaine, générateurs de bouclier ennemis endommagés ! Bouclier à 50% ! Ionisation ! Boucliers à 30% ! Ils faib…

– Capitaine, le bouclier Zoltan est tombé ! Nous sommes vulnérables !

L’équipage se tourna comme un seul homme vers Sisslaert, la peur au ventre. L’extra-terrestre ressemblant furieusement à une gigantesque limace sembla se concentrer un instant avant de prononcer d’une voix caverneuse : « Ils sont à bord capitaine, couloir 5, ils vont vers l’infirmerie ». La phrase sonnait comme une sentence, et la panique marquait maintenant les visages, sauf celui du  capitaine qui affichait comme toujours un énigmatique petit sourire…

Quand on aime on partage ! Aussi, après avoir saoulé tous mes amis avec, je me suis que j’allais venir vous parler à vous aussi d’une de mes petites perles de l’année 2012 : Faster Than Light (FTL).

Ce jeu vidéo ravira les plus geeks d’entre vous ! Et si vous avez passé vos soirées à dessiner vos vaisseaux de Star Wars, à regarder les plans techniques de l’Entreprise ou à regarder tout ce qui ressemblait à une série se déroulant dans l’espace, FTL tient du fantasme devenu réalité !

Le principe de FLT est simple : afin de sauver la fédération d’une attaque imminente, vous allez devoir rallier votre quartier général  situé à 8 secteurs de distance à bord de votre navire, traversant ces derniers en sautant de système en système, et vous devrez adopter un itinéraire suffisamment rapide pour ne pas être rattrapé par la flotte ennemie désireuse de vous arrêter à tout prix.

Comme vous le découvrirez, ces secteurs ne sont pas tous des endroits paisibles. Si certains sont protégés par la Fédération, d’autres sont aux mains des méchants rebelles ou de races extra-terrestres plus ou moins amicales, et tous recèlent de nombreuses découvertes et dangers.

Ainsi, chaque système exploré donnera lieu à un évènement aléatoire. Certains vous amèneront à devoir faire des choix aussi difficiles que critiques (allez-vous risquer votre équipage pour secourir un naufragé sur une dangereuse planète, fouiller un champs d’astéroïdes à la recherche de ressources…), d’autres vous permettront de réparer votre navire et de faire le plein de carburant, et de nombreuses fois, vous ferez de mauvaises rencontres et devrez affronter un vaisseau ennemi, qu’il s’agisse d’un pirate, d’un rebelle ou de quelqu’un que vous aurez fâché tout rouge !

Simples au début, les combats deviendront rapidement beaucoup plus délicats et quand vous vous retrouverez face à un ennemi surarmé qui aura détruit votre générateur d’oxygène avec trois compartiments en flamme au milieu d’un champ d’astéroïdes, chaque action deviendra critique pour assurer votre survie ; d’autant que le jeu n’offre pas de seconde chance ! Si vous mourrez, la partie est terminée et vous repartez au début. Pas grave car les parties sont courtes, mais rageant !

Les combats se déroulent en temps réel avec une pause active, comme dans JDR classique. Votre vaisseau et le vaisseau ennemi sont magnifiquement schématisés avec des petites cases comme si vous aviez dessiné celui-ci sur un papier petit carreau comme ceux que vous faisiez au lycée pendant les cours de philo. Oui parce que soyons honnêtes, avec son graphisme des années 90, FTL ne va pas vous impressionner visuellement, mais ça remplit son office, c’est efficace et avec moins de 100 Mo, le jeu ne fera pas exploser votre disque dur ou vos ressources !

Les différents systèmes de votre navire sont indiqués, et vous y répartiraient votre équipage en fonction de sa race et de ses capacités, choix d’autant plus important que l’équipier gagnera en expérience au poste affecté !

Des choix, il vous faudra en faire beaucoup. D’abord tactiquement : choisirez-vous de neutraliser les armes ennemies en premier lieu pour réduire les dégâts  ou de vous concentrez sur des zones fragiles pour détruire plus rapidement votre ennemi ? Un feu se déclare à bord ! Allez-vous envoyer votre équipage lutter contre les flammes ? Ou préférerez-vous ouvrir grand votre sas pour chasser l’oxygène et l’éteindre au risque d’asphyxier tout le monde ? Préférez-vous faire appel à des missiles efficaces mais couteux ou à des canons lasers qui demanderont pour être efficace une grande partie de l’énergie fourni par votre générateur ? A moins que vous ne choisissiez d’équiper votre navire d’un téléporteur et d’une équipe d’assaut qui s’emparera du navire ennemi ?

Car au fur et à mesure de votre progression vous récupérerez du matériel et des ressources qui vous permettront d’améliorer votre navire. Car il faut le dire, upgrader son navire est un des grands plaisirs du jeu et chaque système (bouclier, armement, infirmerie, générateur d’oxygène, propulsion, …) peut être amélioré ! Il vous faudra également penser à booster la puissance du générateur qui alimente tout cela, sans quoi vous devrez dangereusement jongler sur la distribution d’énergie vers les différents systèmes au cours des combats !

Vous aurez aussi la possibilité d’acheter ou de découvrir de nouvelles armes ou technologies ou de recruter des membres d’équipage de différentes races, et cela vous permettra de mettre au point de nouvelles stratégies, offensives comme défensives qui seules vous permettront d’atteindre votre objectif final (que je préfère ne pas révéler pour vous laisser la surprise). De plus vous débloquerez au fur et à mesure du jeu de nouveaux vaisseaux qui modifieront agréablement votre expérience de jeu.

Bref, FTL est un jeu qui tient en haleine ! Vous comprendrez mieux quand vous verrez votre équipage se démener pour réparer votre générateur de bouclier au milieu d’un champ d’astéroïdes alors que votre drone de défense constitue votre dernier rempart contre les rocs et missiles ennemis et que les flammes menace la salle de contrôle de celui-ci, pendant que l’ennemi tente de s’emparer de votre contrôle armement et que votre lance missile demande encore 17 secondes pour tirer une nouvelle salve… !

Bien souvent, le fatidique Game Over viendra mettre fin à vos rêves de gloire, mais un vrai guerrier ne renonce jamais ! Vous repartirez au combat et cette fois, vous n’oublierez pas de renforcer de surveiller votre consommation de carburant pour ne pas finir en dérivant dans le vide spatial !

Le capitaine se porta à la console des systèmes de survie et tapa rapidement quelques instructions. Aussitôt des alarmes se mirent à retentir à travers tout le navire ! « Alerte, alerte, alimentation en oxygène coupée, sas 1 à 4 ouverts, oxygène à 80%, décompression imminente, alerte, alerte »…

Le capitaine reprit son poste souriant encore plus largement à son équipage médusé.

– Voilà qui devrait régler en partie le problème de nos invités surprise. Siss, informez-moi quand ils auront réussis à atteindre l’infirmerie, Lisa, envoyez Rocker les y attendre et activer les systèmes de support médicaux ! Le bombardier maintenant ! Rapport armement !

– Canon à ion en tir automatique cadence 4 secondes ! Artemis prêt à tirer dans 7 secondes, canon incendiaire prêt dans… Maintenant ! Feu ?

– Non ! Cessez le feu sur toutes les armes ! Préparez cadence de tir synchronisée 3-1-2 ! A mon commandement !

– A vos ordres capitaine !

Les 7 secondes qui suivirent semblèrent durer une éternité à l’équipage du Noether. Le feu ennemi continuait à se déchainer sur l’appareil Zoltan mais le drone de défense et les boucliers tenaient encore le coup. Par contre, le précieux air du navire continuait à se vider dramatiquement dans l’espace. L’oxygène n’était plus qu’à 40%. Dans quelques secondes, ils se mettraient à suffoquer.

Sur l’ordre de Bruker, les missiles Artemis filèrent de nouveau vers le bombardier Mantis et s’écrasèrent avec la même diabolique précision sur la salle des générateurs de bouclier dans une violente explosion. Le canon à ions fit de nouveau feu et cette fois des éclairs parcoururent la coque carmine du vaisseau ennemi indiquant qu’il n’était plus protégé par ses boucliers. Profitant de cette opportunité, le Noether fit tirer son canon incendiaire ! Un feu de plasma concentré s’abattit sur le contrôle armement ennemi, livrant le Mantis qui s’y trouvait aux flammes tandis que le petit drone de combat continuait à tirer furieusement s’acharnant désormais à percer l’épais blindage de la passerelle ennemie.

La bataille n’était pas encore gagnée pour le navire Zoltan, mais l’avantage était maintenant clairement  dans son camp ! Quand soudain, un missile ennemi échappant au feu nourri du drone de défense vint s’abattre sur la salle des systèmes de survie. A bord, le capitaine ne souriait plus.

Faster Than Light – Subset Games – Prix conseillé : moins de 10 € !

Bruno

6 Comments

  1. Bon ça y est je m’y suis mis… alors certes le graphisme est on ne peut plus simpliste (et certains dirons même qu’il fait saigner les yeux)… mais le jeu en lui même est juste génial

    Difficile mais génial.. plein de choses à gérer (d’ailleurs il va falloir que je trouve comment gérer les invasion de vaisseau car je perd la dessus à chaque fois)

    well done !

  2. Est-ce qu’on peut espérer une version IOS et / ou Windows Phone 8 ??

    • Je ne sais pas pourquoi, je viens seulement de voir cette question…

      La question est abordée dans la FAQ du jeu par les développeurs. La réponse est : « ça serait possible, on souhaite que cela se fasse ». Mais depuis des mois, pas de news de ce côté…

      Les amateurs de FTL dotés d’un IPAD garde du coup un oeil attentif sur le développement de Star Command, ça serait un peu un palliatif 🙂

      http://www.starcommandgame.com/home.html

  3. Info du jour ! Le jeu est à moitié prix aujourd’hui et aujourd’hui seulement (soit 4.99$) sur http://www.ftlgame.com/

    Je précise aussi une information importante ! Quand vous débutez – c’est à dire les 30 premières heures 🙂 – jouez en mode Facile. Le mode normal, c’est en fait le mode Très difficile (enfoirés de développeur qui essaye de nous foutre la honte).

  4. Run you fools !!!!

    Quand je ferme les yeux, je vois mon équipage courir partout éteindre des incendies et bouter des Xenos hors de mon fier vaisseau !!!

    Ne venez pas ! Ils sont tous fous !
    C’est de la drogue en intraveineuse !!!
    Rahhhhh !!!!

    • Ben écoute Kaern, malgré cet avertissement je pense que je vais me laisser tenter. On peut le trouver ou?

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Blocage des indésirables par WP-SpamShield