Free, le nouvel agitateur !

Comment commencer un article sur ce géant ? Comment commencer, sans trop en faire, sur celui qui joue le rôle aujourd’hui de ce que fut la FNAC il y a longtemps (vous savez l’agitateur…) ? Bah en fait simplement : en faisant de l’auto félicitation.

Merci à nous les Geeks ! Merci à nous parce que sans nous, le Triple Play aurait mis encore plus longtemps à venir en France. Merci à nous parce que sans nous les débits auraient certainement évolué à la vitesse d’adaptation de France Télécom au monde technologique, merci à nous enfin parce nous sommes ce qui a fait l’évolution dans ces domaines.

Je vous avais dit que je donnerai, ou redonnerai, ses lettres de noblesses aux Geeks que nous sommes et que je ne cesserai de souligner l’importance consumériste que nous avons.

Bon voilà, le début c’est fait.

So ! Free maintenant, Pourquoi un article sur Free ?

La première des raisons est que je peux à cette occasion, encore une fois, remettre quelques vannes sur France Télécom. Et oui ! Encore ! Parce-que nous le valons bien et que les 30 ans de servitude à cet opérateur font que je ne suis pas près d’arrêter en fait.

Ensuite parce, pour nous les Geeks, Free est certainement une entreprise qui nous ressemble le plus :

Lancée dans les années 2000 – elle existait avant mais disons que je prends comme référence le lancement d’internet sans abonnement – l’entreprise fait figure d’Alien dans le monde des Internets. Bon nombre prédisaient alors une faillite rapide devant les géants comme France Télécom (géant par la taille, vous l’aurez compris) :

Quoi ça ? Une entreprise qui donne la même chose que le gros mais sans faire payer ce que l’on ne consomme pas ? Impossible ! Hors sujet ! Nous, en France, on aime bien les bonnes grosses entreprises qui ne bougent pas trop. Ces entreprises issues du système de confinement paternaliste dont on connait encore les méfaits aujourd’hui (mais c’est un autre sujet).

Oui Free est un Alien ! Une façon de voir complètement hors des normes, une façon de vendre non abusive même si tout à fait rentable. Free est une sorte de Geek parce que l’entreprise pense différent, offre différent, vend différent et bouscule tout ce que nous avons connu.

Que serions-nous sans Free ?

Alors, bien entendu, je suppose que bon nombre d’entre nous sont encore accrochés aux deux gros opérateurs que sont France Télécom et SFR. Ne serait-ce que pour des raisons d’étendu de réseau, de connexion d’immeubles, ou encore d’habitude ou tout simplement fidèle au « tant que ça marche, je ne change rien ».

Mais même eux se doivent de savoir que sans Free, nous en serions soit à des années en arrière avec le biiiiip du modem 56k dans le pire des cas, soit nous aurions une connexion telle qu’aujourd’hui mais à des prix à faire rougir de plaisir nos amis belges (petite pensée pour ces derniers qui ont encore pire que nous en ce qui concerne les Internets).

2000-2010

En 2000, Free lance sa première « boîte » en phase test. Cette dernière ne rencontre que très peu de succès en raison d’une couverture assez minable (merci France Télécom pour s’être autant battu pour ne pas dégrouper).

En 2002, l’entreprise sait qu’elle doit peser lourd en nombre de clients (déjà on ne parle plus d’abonnés) pour pouvoir rester sur le marché français et concurrencer les grosses machines. Free fait donc un choix mercatique que l’on peut très largement critiquer : la percée. Elle vend, vend et vend encore. Bien entendu au détriment de la qualité de service et  d’un service client digne de ce nom.

Mais elle vend une offre ADSL moins chère que tous ses concurrents et donne un prix sur le marché qui deviendra la référence pour tout le monde. Le résultat est que nous avons d’un côté une valeur « sure » en terme de connexion contre une valeur « lowcost » avec Free.

La guerre est déclarée

(Nous avons ici – prix mis à part – une excellente analogie avec la « guerre » SWtor et Wow. Wow, géant unique sur le marché, installé depuis 7 ans voit arriver Swtor, grosse licence attendue par des milliers de fans.

Swtor décide de ne pas finir son jeu et de percer. Elle lance son MMO, succès indiscutable en nombre de vente de boites, et ne cherche qu’à vendre, vendre, vendre. Comme Free : aucun service client, plein de disfonctionnements en tout genre qui passent à la trappe des maintenances, etc…

Comme Free, ils font leur place… Ils ont oublié une chose : le prix. Free, pour faire cela a cassé les prix de manière significative, ce que n’a pas fait Swtor… Ce qui, sur le moyen terme (une fois passée la magie du nouveau) obligera les joueurs à choisir entre un produit fini et un produit à faire)

Erf où en étais-je ? Ah oui la Guerre est déclarée. Les Geeks entrent en scène et sont, à mon sens, une des clés de la continuité de Free. Et oui les Geeks mélangent une espèce de trouble obsessionnel compulsif (T.O.C) qui consiste à voir, acheter, consommer les nouvelles technologies et une arrière-pensée de coco sur le retour qui fait qu’ils ne comprennent pas toujours pourquoi ils doivent payer quelque chose qu’ils utilisent aussi souvent.

Donc les Geeks ont fait le succès de Free avant que ce denier change de politique. Appuyé par ses nombreuses ventes en France, Free change de cap et se met à faire de la grosse qualité. Ils inversent la tendance et mettent de vrais techniciens dans les centres d’appels, font fabriquer des « boîtes » de qualité avec des performances toujours un poil au-dessus de celles des concurrents. Les concurrents, eux, n’ont pas d’autres choix que de suivre.

Mais la technique «je fais plus pour le même prix» reste le fonds de commerce de Free. Son Triple Play comprend la téléphonie illimitée, puis les chaînes TV. Puis lancement de l’ADSL2 – Free est, là encore, le premier à la lancer sur le marché – et s’en est terminé de sa réputation de « low cost  = low quality ».

D’autant que techniquement, Free est là aussi une entreprise de Geeks. L’entreprise parie sur le sans fil et met le Wi-Fi où les autres mettent des mètres de câbles, propose des sauvegardes sur disques durs bien avant tout le monde et ne cesseront, par leurs innovations, de transformer les « boîtes » en véritable bijoux technologiques.

2010-2012, What else ?

« Ceci est une révolution ». On aurait pu parodier un célèbre constructeur de tablette mais les volontés et stratégies marketing sont tellement différentes que la comparaison s’arrêtera là. Ceci-dit, Free sort de sa modestie et appelle sa dernière boîte «V6 Révolution», rien que ça !

Bon, en même temps, comment appeler une boîte qui lit aussi bien les DVD que le BR, qui a des connexions sur tous les services nets connus (YouTube, Dailymotion, etc..), qui permet de lire ses messages vocaux et mails sur la TV, qui permet gérer ses bibliothèques de vidéos et de musiques, qui permet de brancher des disques durs supplémentaires, qui se transforme en console de jeu, qui développe le premier MMO sur box, qui est entièrement paramétrable par l’utilisateur, etc…

Là encore Free fait le pari de la technologie – si vous ne voyez pas le rapport avec les Geeks c’est que vous avez un certain sens de la mauvaise foi quand même – et ce dans tous les domaines : Les branchements se font en CPL (Courant porteur en ligne) qui est délaissé par tout le monde, les réglages système (pour les bidouilleurs) sont faisables par son PC et utilisent des logiciels dit opensource… etc… etc…

Pour le moment aucune réaction des autres opérateurs, le coup a été porté trop rapidement, trop fort. Free prend là une certaine avance voire même une avance certaine.

Si tu as Free, as-tu tout compris ?

A force de combats (et le mot est faible) avec les le gros de la téléphonie mobile, Free peut enfin rentrer dans le monde de la rentabilité à outrance qu’est le monde du téléphone mobile. Mais là encore, Free continue à agiter tout le monde :

19,99 € pour un illimité fixe et portable (15,99 € si déjà client de la Freebox)
2 € pour 60 minutes et 60 SMS pour ceux qui n’ont pas la possibilité de payer plus…

Free prouve, une fois encore, qu’il est possible d’être très rentable pour une entreprise sans forcément arnaquer tous ces clients pendant des années. Je vous laisse le soin de comparer avec les autres (avec toutes les ** hein) et de comprendre pourquoi c’est «révolutionnaire» parce qu’on paye enfin un prix qui devient décent. Messieurs SFR et France Télécom, à vos stylos ! Prenez note et apprenez !

Alors, bien entendu, quelques détracteurs de Free vont très certainement rétorquer que Free a eu des problèmes de réseau, des coupures inacceptables de plusieurs heures, l’impossibilité de téléphoner et tout ça et tout ça…

Et c’est vrai ! Qu’on se le dise, Free a eu quelques mois pour apprendre gérer en live un réseau mobile là où les autres, les dinosaures, ont eu des années. Donc on peut largement parier qu’il y aura encore quelques soucis de réglage. Mais, sans les excuser, je prends le parti de ceux qui essaient d’allier rentabilité et prix normal par rapport à ceux qui essorent leurs clients depuis tant d’année.

L’avenir

Assez difficile d’imaginer ce que sera le monde de demain dans ces domaines. D’un point de vue personnel, je pense que Free a juste planté quelques graines dans le domaine vidéo-ludique. L’accès, via la box, à des applications de jeux gratuites n’est qu’un début (ça se voit dans la qualité médiocre des jeux) et je pense qu’il ira vers ce domaine de plus en plus effrontément.

Faire développer un MMO pour une box est, par exemple, un avenir possible. Même si celui qu’ils ont mis dans le lancement ressemble à des dessins de ma petite sœur, cela risque à terme d’agiter d’autres « gros » vendeurs… de jeux cette fois-ci et non de téléphonie.

En conclusion on peut voir que la force mercatique des Geeks n’est pas un délire, loin de là. Les « djeuns » autodidactes, les férus d’informatique, les enc… de pixels en tout genre, etc., etc. ont un impact plus que sérieux dans l’économie et ce à tous les niveaux. Et Free dans son fonctionnement, ses offres, sa mercatique, sa volonté d’agiter en permanence les idées reçues est une des entreprises qui est l’illustration du monde Geek… Enfin pour moi.

Del’Roh

11 Comments

  1. Vive les agitateurs. La démocratisation des prix web et téléphonie, c’est eux !

  2. bah cette bataille ayant été inititée il y a des années, elle est pas près de finir hein (je ne parle pas du gros gros bullf de FT actuel)..limite àa mériterait une suite à l’article LOL

    • Quand tu veux Dédé !!! 😀

  3. Comme tout et tous non ? =)
    sinon sur le problème actuel free est responsable (c’est avec lui qu’on signe) mais pas coupable (les pannes ne sont pas franchement de sa faute)..
    par contre gros gros point noir de Free actuellement…il se la joue à la Apple et ne fait aucune communication…ça c’est de la merde !

    • Oui, c’est d’ailleurs très surprenant… Quant aux soucis actuels, je suis curieux de voir comment la bataille Orange / Free va se conclure… Je sors les popcorns !!! 😀

  4. En fait free c’est soit ça marche Nike, soit pas et la !! C’est vraiment la merde.

  5. Je comprend votre raisonnement, il est plutôt justifié. Toutefois, j’ai free depuis le lancement, et ai eu une coupre de 2 heures…je parle, bien sûr, du mobile…le net je n’ai aucun problème depuis plus d’un an. Et, comme je vis dans la cambrousse, je me dis que ce doit être mieux en ville. Vous y viendrez, inutile de résister, vous serez assimilés =)

  6. Pareil ! j’ai coonu free à ses débuts, tout pareil, 1 mois sans le net et donc, sans ma dose de wow ( hu ! )
    il est clair que jouer la carte du geek à bien aidé free. Qui continura, je pense, à faire bouger tous ces gros culs crades que sont les entreprises que tu cites, j’espère seulement que ces dernieres ne vont pas la jouer à coup de milliard d’euro pour garder un marché qu’ils considèrent comme « à eux »
    w8 and see.

    • Ce que je trouve amusant, c’est que tu apprécies l’utilisation de la « percée » de Free tout en la comparant en SWOTR que tu dénigres à tout va. Pour ma part, il est inadmissible qu’ils rencontrent les mêmes problèmes que les autres opérateurs ! C’est vrai quoi, cela fait entre 10 et 15 ans que les autres ont « résolu » ces problèmes.
      Deuxième chose, si je te rejoins sur le foutage de gueule des opérateurs historiques au niveau prix, Free a le beau rôle en utilisant des infrastructures existantes et éprouvées (ceux d’OBS si mes souvenirs sont bons) que de leur cracher aussi violemment dessus.
      Enfin, dernier élément : le V6 Revolution. Oui, elle est magnifique, au moins sur le papier. Après, elle a, à ma connaissance, rencontré son lot de pannes et de défauts (lecteur BluRay bas de gamme, CPL tout juste stable, réactivité de l’interface faiblarde…). En bref, ça commence pareil que d’habitude, du low-cost=low-end, et ça ira en s’améliorant.

      • Zegrunt, quand je dis « que l’on peut très largement contester » c’est que je le conteste hein. Oui ! c’est une démarche mercatique que je trouve détestable, aussi bien sur SW que par free.
        Là où je ne peux te rejoindre, c’est le « beau rôle »…tu parles des infrastructures rentabilisée depuis 10 ans (peut-être assez long pour dire que c’est encore mérité de faire autant de fric sur notre dos non ?) ? ou celles, plus récentes qu’ils louent à prix d’or à Free et, par ailleurs, sans en avoir vérifié la stabilité (Certaines infrastructure nécessitent un ravalement important qui est, maintenant, supporté aussi par free alors qu’ils auraient dû être fait il y a des années). Où est le beau rôle ici ? j’avoue que j’ai du mal à pleurer avec le PDG de FT lorsqu’il critique les pouvoirs publics d’avoir facilité l’ouverture à la concurrence » alors que FT à TOUT fait pour la retarder…
        Enfin pour la V6 lorsque tu lis à droite ou à gauche ce que peuvent en dire les utilisateurs, les « défauts » dont tu parles sont très à la marge par rapport à la masse qui fonctionne très bien (et je ne parle pas que de moi et de mes voisins hein ^^).
        Maintenant on parle d’une box qui offre un vrai bond en avant technologiquement avec une prise de risque énorme de la part de Free. So il y a des trucs à parfaire, oui définitivement. Mais comme toute « avancée » (car là on ne parle pas d’une énième copie mais bien d’une avancée…pas comme SW par exemple dans un autre domaine) il peut y avoir des défauts.

  7. 100% d’accord avec toi sur le rôle que joue Free dans l’ecosystème actuel (tant d’un point de vue technologique que d’un point de vue financier). Ceci dit, je vais rester encore quelques temps un pigeon à la botte de SFR, en tout cas sur la partie mobile. Je suis conscient que c’est le début pour eux et qu’ils doivent donc « dompter » la technologie, mais cette fois, je n’ai pas envie d’essuyer les plâtres comme au bon vieux temps de la première Freebox… 3 semaines sans connexion Internet, à l’époque de WOW !!!, je l’ai encore en travers de la gorge. Je préfère donc attendre un peu que tout cela se rôde et ne pas faire partie des pioniers.

    Par contre, Free étant une boîte qui se doit de faire du fric, cela montre bien à quel point les opérateurs historiques actuels s’en sont foutus plein les poches et nous ont pris pour de bonnes grosses vaches à lait… ! Car baisser aussi drastiquement les forfaits toute en faisant de l’argent, pas besoin de pousser plus loin la démonstration…

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Blocage des indésirables par WP-SpamShield