Prochain Plan B : Tops et Flops du début 2012… And the winner is…

Je ne vous cache pas la petite goutte de désarroi qui suinte au bout de mon stylo au moment d’écrire mon intro mensuelle sur le podcast à venir.

Ce mois ci, l’équipe de Plan B va plancher sur les tops et les flops qui ont émaillés ce début d’année dans les domaines dévolus aux amis geeks qui nous écoutent. Tiens d’ailleurs, je me faisais cette réflexion. Pourquoi toujours parler de sujets Geeks ?

Le prochain podcast aurait quand même plus de gueule si, plutôt que de parler cinoche (surtout si c’est, comme dans le dernier podcast, pour oublier la moitié des films…), bouquins ou jeux, on essayait d’élever un peu le niveau. Je sais pas moi, c’est pas les sujets qui manquent. Moi je verrais tout à fait Varou, pour illustrer les tops, décrypter avec délectation la découverte du boson de Higgs par une équipe de scientifiques  du CERN ou Kaern expliquer pourquoi Jean-François Copé a flopper en refusant la main tendue de Valérie Pécresse qui proposait une union avec François Fillon dans la perspective d’une Direction commune de l’UMP.

Non ? Bon….

De toute façon, j’aurais pas plus à dire sur ces sujets que sur ceux qui vont concerner le Plan B. Oui parce que là se niche mon angoisse. Je n’ai rien à dire sur le sujet.

D’abord, parce que je suis pas allé au cinoche.

Marre de dépenser des fortunes pour aller voir des daubes cinématographiques qui me font regretter la plupart du temps de ne pas être resté devant mon ordi à désosser des mobs.

Et puis surtout, ma grande angoisse au cinéma, c’est que dès que le film commence, me prends toujours l’envie irrépressible de pisser, fumer, manger, boire, bouger…mon côté enfant sans doute (j’ai commencé à fumer très tôt). Alors pour m’éviter tous ces petits désagréments, j’opte pour la VOD. Mais même en VOD en mangeant, buvant, fumant…, un navet reste un navet. Du coup, je sélectionne rigoureusement mes films pour être sûr de ne pas me planter. Mon dernier film rigoureusement sélectionné fut Ghost Rider 2… comment vous dire… ? … même avoir le fisc au cul ne constitue pas une raison suffisante pour pondre une bouse pareille ou y jouer dedans. Et c’est un fan du premier épisode qui vous dit ça. C’est décidé, jusqu’à la fin de 2012, je me mets au théâtre.

Pour les bouquins, pas mieux. J’ai pas lu.

A part bien sûr, le petit Astérix quotidien à un moment qui s’impose à vous et se situe en général après le café/clope du matin. C’est marrant, c’est là que je les apprécie le plus. Bref…

Ah là là Astérix… 25 ans que je les lis dans tous les sens et je ne m’en lasse pas. Jamais déçu. Une valeur sûre. Ca c’est un top ! Universel et intemporel. La classe !

Et n’allez pas me dire qu’Astérix c’est pas Geek hein !?!? Des superpouvoirs, un célibataire endurci par trente ans de veuve poignet, des moustaches proéminentes en guise de lunettes qui dissimulent maladroitement une timidité pathologique. C’était même le premier Nerd ouais !

Non ? Bon…

Les jeux ? Les jeux…

Ah si tiens je pourrais vous parler d’un jeu. Diablo 3, ça vous parle ?

Le dernier né de Blizzard fait un carton. Alors du coup, moi, pas con, je fais comme tout le monde, je l’achète.

Sauf que là, surprise ! Blizzard a mis au point le premier hôtel des ventes avec argent réel. Pour ceux qui ne connaissent pas l’hôtel des ventes, c’est l’endroit qui permet aux joueurs de vendre et d’acheter des pièces d’armures, des armes ou tous autres objets lui permettant d’évoluer dans le jeu. Sauf que là, Blizzard nous offre la possibilité non seulement d’acquérir ces beaux items avec de l’argent fictif trouvé au gré de nos pérégrinations mais également avec de l’argent réel. Résultat : c’est le premier jeu où j’ai dû dépenser 20 euro pour espérer le finir. C’est raide non ?

Vous me direz que j’avais qu’à acheter mes items avec de l’argent fictif. Ouais sauf que rien que pour payer les réparations de ton armure dans le dernier acte du jeu, il  faut une armée de coréens qui bâchent du mob à plein temps rien que pour ta tronche. Du coup, ben tu sors ta CB pour prolonger un peu l’aventure sinon tu sors du jeu.

En plus, je soupçonne Blizzard d’avoir volontairement incité les joueurs à avoir recours massivement à l’AH (autre nom de l’hôtel des ventes). Non seulement avec la difficulté armageddonesque du dernier chapitre qui nécessite un stuff d’un autre monde (mais ça, on a assez râlé sur la simplicité kévinesque des derniers jeux sortis pour ne pas venir se plaindre aujourd’hui d’un peu de challenge) mais surtout en faisant  en sorte que chaque joueur ne  loote en majorité que des objets n’ayant que peu de rapport avec sa classe et qui ne sont, comme un fait exprès, jamais « liés » au personnage qui les a trouvé, ce qui les rendrait invendables.

Du coup, l’AH est un passage obligé et Blizzard bien sûr prend sa com’ (A priori, 1 euro ou 15 % par transaction effectuée quand même. C’est pas de la com’ de Drag Queen) en plus de favoriser ceux qui ont les moyens de sortir le portefeuille. Dans le seul monde où, par le biais de son avatar, le misérable pouvait être l’égal du puissant, on rétablit la fracture sociale.

Ma conclusion : Blizzard est devenu le fossoyeur de l’égalitarisme vidéo ludique.

Non ? Bon… Je sais pas, j’ai pas d’idées je vous dis…

Doloris – @Doloris_13

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Blocage des indésirables par WP-SpamShield